AVC : les ambulances connectées par Zebra Academy séduisent plusieurs hôpitaux

Parmi les projets pilotes en e-Santé retenus par la ministre Maggie De Block, Zebra Academy a pu développer son projet “AVC” dans 4 ambulances (l’UZ Brussel, l'UZ Antwerpen, l’hôpital Erasme et les Cliniques universitaires Saint Luc).

A l’initiative de neurologues de la VUB et de l’UZ Brussel, ce dispositif de télémédecine mobile entend améliorer dès l'ambulance la prise en charge pré-hospitalière de l’AVC.

Pour Bastien Ritzen,le CEO de Zebra Academy, l'heure est au premier bilan : « Nous n'avons pas eu les 6 mois escomptés pour développer l'ensemble du projet. L'expérience est toutefois très intéressante puisque les médecins, qui ont travaillé avec notre système en temps réel, ont reconnu la valeur ajoutée de notre service : identification possible d'un AVC, le médecin de l'hôpital peut consulter le dossier du patient tout de suite, la qualité audio et vidéo de la connexion est bonne... »

Cela permet donc au médecin d'obtenir une série d'informations critiques: paramètres vitaux, évaluation médical du patient, probabilité de faire un AVC, médication, ... Sur le terrain, les défis sont nombreux évidemment : « Il faut notamment toujours tenir compte de toutes les compatibilités technologiques suivant le support que chaque médecin utilise pour se connecter. Mais cela se passe bien. Nous avons pu voir que le  service de garde de téléconsultation fonctionne parfaitement 24/24 et 7/7 avec 6 consultants en deux langues.» 

« Nous avons réalisés une vingtaine de téléconsultation. Le suivi des patients doit encore être fait donc il est difficile de donner des informations sur le résultat » précise Bastien Ritzen.

Formation de médecin et de pompiers

Pour pouvoir utiliser au mieux les développements du système les médecins ont reçu une formation : « Ils étaient très intéressés. Huit médecins ont été formés à l'utilisation de la plateforme ainsi que les services des urgences des différents hôpitaux participants et les infirmiers/pompiers des ambulances concernées »

Cette expérience a permis, aux médecins, de traiter les patients de manière optimale .« Les médecins en urgence se connectent de différents endroits à notre système lorsqu'ils sont alertés ; pour 50% de chez eux, pour 45% de l'hôpital et pour 5% d’un autre lieu via leur ordinateur ou leur tablette connecté à la 4G

Différentes ambulances connectées

Sur le terrain, à Bruxelles, il existe différents types d'ambulance. Il y a le PIT, (paramedical intervention team), avec un médecin et infirmier spécialisé qui est envoyé en priorité pour les AVC. Toutefois s'il est déjà en route pour une autre urgence, une ambulance classique est envoyée avec à son bord, des pompiers. « Nous avons donc donné des formations aux pompiers pour qu'ils puissent intervenir avec notre technologie en parfaite connexion avec les hôpitaux et les médecins concernés. »

Le suivi du patient

Au niveau du dossier « patient informatisé », les informations récoltées dans l'ambulance peuvent y être actuellement archivées via un PDF.  «Nous avançons au niveau de la transmission automatique avec Abrumet. Nous pouvons évidemment identifier chaque médecin en fonction de son utilisation puisqu’ils ont tous un login différent. »

Financièrement, dans le cadre du projet pilote, un schéma de remboursement était prévu et il couvrait l’ensemble des coûts (télémédecine, médecin, ambulanciers, etc).

« L'INAMI intervenait pour 138 € par téléconsultation. » ajoute Bastien Ritzen.

A présent, la réflexion va se poursuivre à ce niveau afin de mettre en place un remboursement structurel.  Le gain de temps pour soigner les patients et l’effet de celui-ci sur le résultat clinique final sont des atouts incontestables . « A cela, s’ajoutent les réductions de coûts d’hospitalisation, de réhabilitation et de suivi du patient. Au-delà de l’impact financier, il faut surtout penser au fardeau humain que l’on pourrait réduire voir éviter » argumente Bastien Ritzen après cette première expérience.

Des nouveaux projets

Suite au succès de ces premiers mois d'activités nous allons continuer les projets de télémédecine ambulancière avec une organisation régionale. L’UZ d’Anvers va continuer l’utilisation de la solution pour évaluer une plus large introduction dans son réseau. A Bruxelles, nous discutons l’organisation de la télémédecine ambulancière avec une communauté de neurologues plus larges que celle inclue dans le projet pilote du point d’action 19..

Nous sommes actuellement en pleine implémentation de projets avec 3 hôpitaux en Flandre et deux autres en Wallonie. « C’est génial de voir l’intérêt pour notre solution de télémédecine ambulancière. »

Zebra Academy est aussi sollicitée à l'étranger : « Nous avons des contacts avec le Luxembourg, l'Espagne et la Hollande. » La lutte contre les AVC se poursuit.

Lire aussi :

> Zebra: des écrans de télémédecine dans l'ambulance

AVC: Zebra academy équipe 4 ambulances pour Bruxelles et Anvers

AVC : à quel moment la télémédecine en ambulance devient rentable ? (Etude)

AVC en phase aiguë: la télémédecine aide à gagner la course contre le temps

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Didier DESRUELLES

    27 Mars 2018

    Il n’y a pas de médecin à bord d’un PIT!