Pourquoi attendre?

Évoquant le cas d’un patient qui présentait une SEP rémittente/récurrente très inflammatoire – en tandem parce que la prise en charge d’une SEP est avant tout un travail d’équipe –, les Drs Annick Mélin et Céline Daoût (CHC Liège) rappellent que malgré sa puissance, l’alemtuzumab...

Vous souhaitez continuer à lire cet article ?

L'accès à la totalité de l'article est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.